Igor Nazarenko est un économiste de nationalité ukrainienne né le 13 février 1972 à Kiev, ex Urss devenue Ukraine. Il vit actuellement à Los Angeles aux USA. Il acquiert la nationalité américaine en 1995, mais il a toujours refusé tout engagement politique. Depuis 2014, il se consacre entièrement et exclusivement à l'économie d'Internet et à sa propre monnaie alternative.

Sa vie

Fils de paysan kolkosien, Il est très vite remarqué par les cadres du parti communiste grâce à une scolarité digne d'un surdoué. 
En 1989,  il entre à seulement 17 ans, à École supérieure de commerce crée un an plutôt au sein de l'académie russe de l'économie nationale. Ce département n'est autre que la première école de commerce de l’URSS. Cette école devait former les futurs cadres  du régime à une ouverture économique dans le cadre de la perestroîka voulu par Gorbatchev.
 
Il sera le premier à concevoir le fonctionnement d’une devise autonome envers les banques centrales et les états.
En 1992, il se marie avec Olga Berechnika puis émigre aux USA. Dans ce pays d’accueil, il ne cessera d’être le consultant de l’ombre 
des politiciens, économistes et financiers. 

Sa théorie

Passionné de mathématiques et d'économie il élabore durant ses études une théorie monétaire qui s'inspire de Friedrich Hayek et démontre les méfaits et les blocages économiques causés par les banques centrales qui créent et contrôlent les monnaies puis obéissent aux idéologies des gouvernants qui manipulent le cours de la  monnaie avec un surplus de création monétaire, de l’endettement massif et des taux d’intérêt afin financer leurs erreurs.

Selon sa théorie, la création monétaire doit répondre aux seuls besoins des entreprises et des consommateurs, dans le cadre de leurs échanges économiques, mais ne doit nullement servir à financer une politique économique ou à corriger ses erreurs. Il place l’entreprise et le consommateur au-dessus de tout autre intérêt. Dans cette même optique, la spéculation des banques devrait être interdite sur la monnaie, ainsi que les taux d’intérêts.

Par la résolution d’une équation complexe, sa théorie démontre un strict point d’équilibre à atteindre entre rareté, et émission de monnaie en supprimant les taux d’intérêt qui, selon lui, sont la cause des crises financières, et en supprimant toute possibilité à l’état d’intervenir sur la monnaie. 
En effet, selon Nazarenko, la monnaie trouve sa valeur dans sa rareté, et la puissance économique de ses usagers, celle-ci étant matérialisé par l’offre et la demande, et non pas dans une durée de mois ou d’années qui justifieraient un taux d’intérêt qui faussera la valeur réelle de la monnaie.

Il démontre également la nécessité d’un marché des changes au service des consommateurs et entreprises qui souhaitent acheter ou vendre une monnaie pour leurs besoins ou leurs objectifs. Ceci exclu donc la spéculation des banques et autres fonds d’investissement. Sa théorie démontre que le jour ou la spéculation des banques disparaîtra, les crises financières disparaîtront.

Si un citoyen spécule, il n’entraînera jamais de crise, car il manipule des quantités trop petites par rapport à la quantité de devise disponible, mais si une banque ou un fond d’investissement spécule, ils faussent le cours du marché de par les énormes quantités d’argent qu’ils manipulent. Or cet argent n’est pas le leur, mais celui des citoyens qui leur confie leur dépôt. Ceci doit être interdit. La spéculation individuelle des citoyens participe à réguler le cours d'une devise, alors que la spéculation des banques fausse son cours et ruine les agents économiques possesseur de cette devise.

Si une banque achète une devise, elle doit pouvoir prouver que la finalité de son achat est de fournir en devise un consommateur ou une entreprise. Le marché des changes doit rester un outil de change, or il est devenu un outil fictif et spéculatif qui engendre des crises. D’un point de vue monétaire, une banque ne doit être qu’un organisme de dépôt au service des consommateurs.

Sa théorie propose au final que ce soit les consommateurs qui régulent et non les banques ni les états. Le point central de sa théorie se résume par cette déclaration : « Une banque spécule avec trop de capitaux et un état manipule avec trop de pouvoir, alors éloignez les des monnaies nationales ».

Une monnaie ne remplit son rôle que lorsqu’elle est au service du consommateur et lui appartient pleinement. La vraie valeur d’une monnaie lui est donnée par les utilisateurs, agents économiques, et non par des banques qui spéculent ou par un état qui fixe les taux d’intérêt.

Sa théorie va donc plus loin que celle de Friedrich Hayek en élaborant un système monétaire sans taux d’intérêt, disposant d'une devise crée en nombre limité, puis gérée par les utilisateurs eux même dans le seul but de permettre les échanges entre les citoyens. Cette théorie démontre des effets bien plus bénéfiques pour l'économie et les citoyens d'un pays.

L’émission de monnaie doit être faite avec un nombre d’unité fixé et connu de tous dès le moment ou un état adopte sa monnaie. Sans cela il ne peut y avoir que dérapage et ruine car la monnaie arrive rapidement à un prix qui ne correspond plus à sa valeur réelle.

Pour cela sa théorie préconise une nouvelle monnaie autarcique sans liens ni dépendance envers une banque centrale ou un état, et dont le nombre d'unité serait limitée (pour définir de manière  fixe le paramètre de rareté), ce qui créerait pour chaque citoyen une valeur refuge et d’échange, dont la valeur ne cesserait d'augmenter compte tenu d'un effet de rareté lui-même associé à la mondialisation prévisible de l’économie.

Ce procédé créant ainsi la richesse des citoyens et du pays, dans une zone économique forte. Cette monnaie devant évoluer dans un contexte où seule la spéculation des consommateurs est autorisée et ou les banques ne sont plus que des organismes de dépôts sans capacité à intervenir pour leur propre compte.

Toute sa théorie vise à démontrer la dangerosité des taux d’intérêt fixés par les états, la spéculation des banques et l’intervention de l’état dans la sphère monétaire.  

Départ d’Ukraine pour les USA

Lorsqu’en décembre 1991, l'Ukraine se sépare de l'URSS qui s'effondre, et devient un pays indépendant. Nazarenko décide alors de rentrer dans son pays et de participer à sa reconstruction. Il Propose au nouveau gouvernement sa théorie monétaire pour la création de la monnaie nationale et il est alors vivement soutenu par Tatiana Zaslavskaïa, théoricienne de la perestroïka.

Mais les autorités Ukrainienne voit derrière ce retour au pays et ce soutien de Zaslavskaia, une volonté de main mise de la Russie sur la future économie monétaire de l'Ukraine et écartent Nazarenko du processus de reconstruction de l'économie Ukrainienne. Sa théorie monétaire ne sera pas appliquée.

Devant le refus des autorités Ukrainienne de collaboré avec lui, il émigre aux USA ou il collabore de manière plus ou moins officielle avec bon nombre d’hommes d’affaires, politiciens et mathématiciens, parmi lesquels, John Nash, John McCain ou encore Marvin Davis. Il gagne confortablement sa vie et ses conseils sont recherchés.

C'est bien des années plus tard que sa théorie resurgit. En effet en 2009 un internaute anonyme utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto crée le BITCOIN, une monnaie dont les caractéristiques épousent en grande partie la théorie monétaire de Nazarenko.

Satochi Nakamoto qui semble être un adepte de sa théorie pourrait-il etre Nazarenko lui-même ?

Igor Nazarenko a toujours affirmé qu'il n'était pas le fondateur du BITCOIN, car il n’aurait pas été assez stupide pour  offrir sa devise à la spéculation mondiale des marchés financiers. Il a précisé que si cette crypto monnaie correspondait  bien à 80% de sa théorie monétaire, les 20% qu’il lui manque l’enterreront un jour ou l’autre, comme on enterre une version Béta !

Nazarenko prévoit en effet des fluctuations trop importante et trop spéculative du Bitcoin pour jouer le rôle de véritable valeur refuge stable et enrichissante face aux devises des états. Il déclare notamment : « la grande erreur de Bitcoin est de s’être offert à la spéculation des marchés financiers, donc aux états, car la finance internationale est celle de la spéculation avec la bénédiction des états, et le Bitcoin en sera pervertit et dangereux pour l’épargnant et les agents économiques. »

En 2014, Nazarenko décide de passer à l’action et de crée une monnaie, le NNC, au travers un réseau social répondant au nom de SNL pour Social New Life. Il justifie cette décision par l’envolée de la dette des pays « riche » résultat du dysfonctionnement de la gestion monétaire des états et des politiciens telles que prédit dans sa théorie. Selon lui cette dette globale ne sera pas remboursable sauf à « saigner la population ». Il estime donc nécessaire la création d'une monnaie alternative et indépendante de toute banque centrale, de tout état et de tout marché financier, sans aucun taux d’intérêt applicable à cette devise. Une monnaie alternative qui comme le prévoit sa théorie ne pourra être réservée qu’a une communauté limitée, puisque le nombre d’unité émise sera limité dans le temps à 63 millions.

Pour cela, il crée un réseau social dont seuls les membres pourront acquérir sa devise, la contrôler et la faire circuler. Soucieux de  préserver la discrétion de ce réseau social durant la phase de lancement et les premières années de croissance, il refuse que ce réseau soit présent sur internet, c’est donc par des réunions, et par le bouche à oreille que celui-ci se constitue…A l’ abri de toute publicité et des médias qu’il n’a jamais vraiment apprécié.

Avec cette monnaie alternative, échangeable à tout moment en Euros et Dollars, les membres de son réseau social peuvent réaliser entre eux des transactions contre des biens ou des services et surtout disposer d’une devise totalement indépendante des aléas économiques et politiques. Cette devise et ce réseau social connaissent un succès grandissant. Le NNC devient un investissement utile et rentable, son cours passe en 5 ans ( début 2014 à fin 2018) de 0,05 Euros à 0,85 euros, soit multiplié par 17. Les détenteurs de NNC, membres de NSL sont présents sur les cinq continents. Par ailleurs la communauté du réseau social NSL, s’élargie à toutes les catégories de la population.

Devant ce succès, fin 2018, Igor Nazarenko décide en accord avec ses proches collaborateurs de rendre disponible sur Internet, le NNC via le réseau social NSL. Le lancement du site Internet socialnewlife.org est prévu pour début 2019.

Il prévoit de rendre encore plus attractif le NNC avec un concept offrant des unités gratuites pour chaque achat de NNC.

Alors qu'il ne reste à cette date que 42 millions de NNC à émettre les analystes estiment que cette ouverture au public devrait faire augmenter fortement le cours du NNC. Celui-ci  pourrait rapidement atteindre les 20 Euros dans les 2 ou 3 années à venir et   atteindre les 100 Euros d'ici 5 ans.

Igor Nazarenko est à ce jour considéré comme l'anti thèse de keynes et le seul théoricien économique ayant prévu les devises virtuelles et autres crypto monnaie qui circulent aujourd’hui dans l’économie Internet. Longtemps considéré comme un économiste du futur, il est aujourd’hui de plein pied dans le présent avec l’apparition des crypto monnaie et de sa propre devise virtuelle.